Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Accueil > Blog > Rencontres > Du cœur à l’ouvrage
12/10

Du cœur à l’ouvrage

Comment donner confiance à des jeunes ? Comment valoriser socialement des retraités ? En les réunissant dans des ateliers, en transmettant des savoir-faire, L’Outil en Main, lauréat 2010 Atout Soleil, crée du lien et de la passion.

« C’est en mettant des outils et de la matière dans les mains des jeunes, en leur faisant réaliser eux-mêmes des objets qu’ils prennent ou reprennent confiance en eux », explique Alain Lehébel. L’Union des Associations l’Outil en Main qu’il préside, donne ce coup de pouce salvateur en s’appuyant sur 147 associations. Que de chemin parcouru depuis les premiers ateliers à Troyes, en 1987, au prix Atout Soleil en 2010 pour soutenir la création d’associations sur le territoire.

Transmettre la passion

Une des raisons de ce succès : la passion des artisans et des professionnels retraités. En effet, les outils sont mis dans les mains des enfants dans de vrais ateliers par des bénévoles qui les accompagnent et transmettent leur savoir-faire et leurs connaissances. Anciens boulangers et céramistes, électriciens et ferronniers… viennent les mercredis ou les samedis pour initier des enfants de 9 à 14 ans à un métier manuel, leur apprendre les gestes, élaborer ensemble un ouvrage.

Un succès dû aussi à un phénomène de société, un intérêt croissant pour les métiers manuels. « Nous avons de plus en plus de demandes parce qu’on pousse les enfants à faire des études et qu’ils sont parfois mal orientés. Avec notre concept, l’apprentissage est davantage valorisé », constate Alain Lehébel. Chaque année, à travers toute la France, 2400 enfants participent à des ateliers entourés de plus de 3300 bénévoles.

Favoriser le lien intergénérationnel

Ces ateliers permettent aussi de créer un lien intergénérationnel et sont un véritable vecteur social. Pour ces retraités, « c’est un moyen de poursuivre une activité quelques heures par semaine, d’avoir une reconnaissance sociale », explique Alain Lehébel. Du côté des enfants, les résultats sont aussi là. Les statistiques sur les parcours des jeunes passés dans les ateliers de L’Outil en Main sont assez évocatrices. « 40% d’entre eux partent vers des filières manuelles, 20% ont créé leur entreprise, tous acquièrent le respect des métiers manuels », note Alain Lehébel. D’autres vocations naissent aussi comme celle de ce jeune devenu architecte en découvrant les ateliers maçonnerie ou cet autre devenu ingénieur électricien en prenant goût aux ateliers d’électricité. Une véritable utilité sociale et éducative.

Pour en savoir plus

http://www.loutilenmaintroyes.fr/

Vos commentaires

Laisser un commentaire