Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Actualités > « Être bénévole, ne veut pas dire être amateur »
29/05

« Être bénévole, ne veut pas dire être amateur »

Après un parcours découverte de plus d’un mois, les nouveaux bénévoles des Blouses Roses suivent une formation initiale. Un parcours essentiel pour être à leur juste place en apportant un moment de distraction dans les hôpitaux. Rencontre avec Isabelle Auzias, formatrice professionnelle.

Quel est l’objectif de cette formation initiale ?

Il est double. D’une part, renforcer le sentiment d’appartenance, la connaissance de l’association, son cadre très structuré, dans lequel chaque bénévole a une mission précise. Le second objectif est d’être le plus à l’aise possible quelle que soit la situation à laquelle le bénévole fait face. L’inquiétude, la douleur des enfants, de leurs parents peuvent générer des réactions très différentes. Nous travaillons en nous appuyant sur la charte des Blouses Roses.

Comment se déroule cette formation ?

Nous travaillons beaucoup avec des mises en situation, car nous partons de ce que vivent les bénévoles. La formation permet de revenir sur des situations qui ont été gérées sur le terrain, mais ont pu être source d’inconfort. On s’interroge alors sur les attentes du bénéficiaire, enfant, parent ou personne âgée. Sur la façon dont le bénévole a réagi et comment, en tant que Blouse Rose, il aurait fallu réagir pour être le plus confortable possible.

Quelle est la différence entre la réaction d’une bénévole et celle d’une Blouse Rose ?

Les bénévoles arrivent avec une immense générosité. Il faut prendre toute cette générosité, ce savoir être et faire qu’ils s’inscrivent dans le cadre des Blouses Roses. Afin de ne pas se laisser déborder par son élan de générosité, ne pas sortir du cadre, être à sa juste place.                                                                                                                                  Par exemple, si un enfant ne veut pas qu’un bénévole qui joue avec lui parte et se met à pleurer, le bénévole va avoir envie de rester, de ne pas le quitter. Mais la Blouse Rose doit savoir refuser, mettre fin à ce qui est un moment de jeu, aller voir d’autres enfants. Elle doit rester à sa place et savoir dire non, même si cela provoque des émotions en elle. La formation consiste à donner des clés aux bénévoles pour gérer cela. Le rôle des Blouses Roses et d’apporter une bulle d’air et de la distraction sans se faire happer par ce que vivent les personnes.

Dès cette formation initiale, les bénévoles savent déjà s’ils interviennent auprès des enfants ou des personnes âgées…

Oui, mais on réfléchit ensemble sur les spécificités de chaque public. Quels sont les besoins de chacun, enfants, bébés, parents, personnes âgées… Quels sont les points de vigilance, les zones de danger, quelles sont les réponses spécifiques à apporter.

Est-ce qu’il est plus difficile d’intervenir auprès de certains publics ?

Cette notion de difficulté est très personnelle. C’est une question d’adéquation entre le bénévole et le contexte. Pour certains, faire face à des enfants avec des cas très lourds, un risque vital, n’est pas possible. Alors que pour d’autres, ce sont des enfants avant d’être des malades. Certains préfèrent travailler aux urgences et voir seulement passer les enfants, d’autres préfèrent aller dans des services où ils tissent des liens.

La formation est un point important chez les Blouses Roses ?

La formation des bénévoles est essentielle et précieuse. Pour les bénévoles avoir un cadre est incroyablement rassurant. Ce sont aussi des moments de cohésion et de partage d’expérience. Au quotidien, même si les bénévoles sont en binôme ou en petite équipe, ils peuvent se sentir seuls.                                                                                     Enfin, les hôpitaux apprécient que les bénévoles soient encadrés, aient acquis des compétences, qu’elles soient techniques ou de savoir être. Être bénévole, ne veut pas dire être amateur. Il faut apporter une compétence à la générosité.

Articles associés >