Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Rencontres > Reconnaître l’après-cancer
16/05

Reconnaître l’après-cancer

Dans la Maison de Chamonix, l’association A Chacun son Everest accueille des femmes en rémission d’un cancer. Car guérir de la maladie, ne signifie pas être guérie des souffrances endurées.

Les femmes qui arrivent à la Maison de Chamonix sont dites guéries. Comment se sentent-elles ?
Christine Janin : Les femmes que nous accueillons prennent conscience en arrivant qu’elles ont réalisé quelque chose d’énorme, comme un Everest. Mais elles sont épuisées.
Elles sont arrivées en haut de leur sommet mais une autre étape se dessine, celle de la redescente. Alors qu’elles avaient un programme de ministre, avec tous les rendez-vous médicaux, elles n’ont tout à coup plus de repères, d’objectifs. C’est le vertige, la peur du vide…
Le cancer du sein s’est banalisé. Une femme sur 8 est atteinte. Quand arrive la fin des traitements, quand arrive le temps de la rémission, le chemin n’est pas  terminé. Mais personne ne les comprend et n’entend leur fatigue, leur souffrance, leurs peurs. Elles se sentent seules et incomprises.
L’accompagnement de l’après-cancer est alors essentiel dans leur reconstruction.

L’après-cancer représente la phase de la descente après le sommet atteint…
Christine Janin : C’est le moment, enfin, du lâcher-prise, de l’acceptation de la maladie et de la transformation pour  tendre vers une guérison plus sereine.

Comment les accompagnez-vous ?
Christine Janin : Nous avons mis en place un programme de 6 jours, subtil équilibre de soins pour le corps et pour l’esprit.
Les activités physiques permettent de se dépasser. Elles vont marcher, grimper, faire du yoga, du Qi kong…
Les soins de support permettent de s’accepter et de retrouver l’estime de soi. La photo de se réconcilier avec l’image de soi.
Les rencontres et l’accompagnement psychologique permettent d’échanger avec d’autres femmes ayant affronté des combats identiques, d’être comprises, reconnues par leurs pairs.
Le séjour permet de leur faire prendre conscience  de toutes leurs ressources, qui vont les guider et les aider à retrouver de la joie, de la légèreté.
« A Chacun son Everest ! » les invite à prendre de la hauteur, leur impulse de l’énergie pour « l’après ».

Ces séjours sont-ils payants ?
Christine Janin : Tout est pris en charge financièrement, grâce à nos partenaires, dont GPMA. C’est très important d’inscrire cet accompagnement dans une démarche thérapeutique accessible à tous. Les femmes que nous accueillons sont très touchées par cette chaine de solidarité. Avec le cœur et la générosité, de si belles choses sont possibles.

En savoir plus :
A chacun son Everest

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Articles associés >