Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Actualités > Singa Angers met les réfugiés au premier plan
23/01

Singa Angers met les réfugiés au premier plan

Le 19 janvier Hamad, Omar et Eliza présentaient leurs courts-métrages documentaires au Festival Premiers Plans d’Angers. Le parcours de ces trois réalisateurs, réfugiés, n’est pas commun. C’est une belle histoire qui est bien plus que du cinéma…

singa-angers-Table-ronde

En avril 2017, Pénélope Lamoureux lance un projet expérimental à Angers, soutenue par l’association Singa France. Elle crée, avec une solide équipe de professionnels (chef opérateur, monteur…), des ateliers de réalisation documentaire dans le quartier populaire de Belle-Beille. Adressés aux réfugiés, ouverts aux habitants du quartier, ces ateliers et master class s’inscrivent dans une démarche d’éducation à l’image et de sensibilisation à ses métiers. Avec un objectif très concret : produire trois courts-métrages documentaires de tenue professionnelle.

A l’initiative, avec le réalisateur Karim Moussaoui, de ce type d’ateliers en Algérie, dans le cadre d’une coopération audiovisuelle, Pénélope Lamoureux avait envie, à son retour à Angers, de se rendre utile. Elle imagine alors ce projet pour créer des ponts socio-économiques entre personnes réfugiées désirant s’investir dans le territoire local angevin. Elle trouve rapidement des partenaires, de la Direction Culturelle de l’Université d’Angers à la ville, lance une opération de crowdfunding. Parallèlement à la mise en place de ces ateliers, pendant l’été, Singa Angers sélectionne trois réalisateurs et les accompagne dans la préparation de leur tournage.

Ainsi, Hamad, le Soudanais qui venait du monde du théâtre, Eliza, jeune Russe de Tchétchénie, Omar, qui était journaliste en Syrie commencent à préparer le tournage de leurs courts-métrages.

Clap de début de tournage avec Atout Soleil

Le clap de début, c’est Atout Soleil qui le donne. Lauréat de notre opération de mécénat, ce projet dispose alors du financement nécessaire aux tournages. Dès le 8 décembre, les réalisateurs sont sur le terrain pour filmer. Les ateliers se poursuivent sur le thème musique et bruitage, permettant de créer du lien entre les films et les habitants du quartier.

Le 19 janvier, au Festival Premiers Plans, la salle est pleine pour la projection, suivie d’une table ronde sur le thème de la représentation des réfugiés au cinéma. « Ils étaient fiers d’avoir la parole, de voir leur démarche expliquée », raconte Pénélope Lamoureux, ravie de constater que ce projet leur a permis d’avancer, de rebondir. « Pour Eliza, par exemple, le regard ébloui sur la ville de son documentaire lui a permis de sublimer un quotidien difficile ». Les trois réalisateurs ont, à présent, envie de continuer dans cette voie. « La formation qu’ils ont reçue dans le cadre de ce projet, se réjouit la coordinatrice de Singa Angers, leur permet de pouvoir le faire ».

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Articles associés >