Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Accueil > Blog > Sur le terrain > Le sport comme thérapie en oncologie pédiatrique
09/01

Le sport comme thérapie en oncologie pédiatrique

Cet automne, la CAMI Sport & Cancer a ouvert un pôle au CHU de Clermont-Ferrand, le deuxième en pédiatrie après celui de l’hôpital Trousseau à Paris. Le sport comme thérapie, c’est aussi essentiel pour les plus jeunes.

L’an dernier, dans le cadre de son Master Activité Physique Adaptée et Santé, Elodie Bussac a mené une étude à l’hôpital de Clermont-Ferrand. Son objet ? La mise en place d’activité physique en pédiatrie. Lorsque la CAMI Sport & Cancer a ouvert une antenne en hématologie-oncologie pédiatrique dans ce CHU le 6 novembre, Elodie était la candidate idéale pour cette mission. Cette jeune et dynamique praticienne en thérapie sportive, en cours de finalisation du Diplôme Universitaire Sport et Cancer, s’est donc parfaitement intégrée aux équipes médicales et soignantes. « Je participe aux réunions avec les médecins, les psychologues, les soignants. Pour l’organisation des séances, on se coordonne par rapport aux soins ainsi qu’avec l’éducatrice et l’institutrice. »

Le sport pour retrouver une place d’enfant

Depuis l’automne, Elodie a accompagné une quinzaine d’enfants de 3 à 18 ans dans le cadre de séances individuelles, dans leurs chambres ou dans une salle d’activité. Elles sont prescrites par le médecin, proposées aux enfants en cours de traitement et à leur famille. « Nous partons sur des programmes de 4 semaines, avec 2 séances hebdomadaires, adaptées à l’âge et aux besoins de chacun », explique-t-elle. Pour les moins de 6 ans, cette praticienne travaille la motricité, elle propose aux plus grands des jeux sportifs et du renforcement musculaire. Pour chacun, Elodie est attentive à la façon de se tenir, à la posture, à bien montrer le mouvement. A la fin, même fatigués, ils n’ont qu’une envie : revenir. Quant aux parents, ils sont heureux de voir leur enfant pratiquer une activité physique et s’occuper. « Ils voient leur enfant alité, ils constatent la perte musculaire, ils sont contents de le voir bouger ».

Chaque séance fait l’objet d’une fiche de suivi sur le déroulement de l’activité, ses objectifs, les observations… Même si Elodie se concentre à chaque séance sur l’enfant, plus que sur le petit patient « pour lui redonner sa place d’enfant et lui rendre le sourire ».

 

Vos commentaires

Laisser un commentaire

Articles associés >