Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Actualités > Un chœur tsigane pour enchanter des jeunes
13/09

Un chœur tsigane pour enchanter des jeunes

Intermèdes Robinson est l’une des cinq associations sélectionnées dans le cadre du programme THSN pour les familles, soutenu par GPMA. Une association qui privilégie le terrain et enchante avec son chœur Tsigane.

Intermèdes Robinson a choisi d’agir en dehors des structures traditionnelles. Directement dans la rue et les espaces publics auprès des enfants et des familles en situation de grande fragilité. Bidonvilles, quartiers dits sensibles, hôtels sociaux du nord de l’Essonne sont leurs terrains d’action. Cette association pas comme les autres, créée en 2005, répond à l’incertitude de la précarité par la régularité de sa présence. « C’est un principe d’action essentiel quand on travaille auprès de personnes qui subissent la précarité car elles sont dans l’impossibilité de se projeter et ne savent jamais ce qui peut se passer. Il est indispensable que notre action soit inconditionnelle, s’appuie sur la durée, la permanence et la gratuité », explique Laurent Ott, fondateur et président d’Intermèdes Robinson.

Le chant tsigane comme point commun

Ces rencontres sur le terrain ont permis de faire naître un très joli projet. « Nous avons travaillé avec des Roms, ils nous ont amené des éléments de leur culture », raconte Laurent Ott. L’association qui a toujours proposé de la danse et du chant a également croisé le chemin d’un groupe Tsigane slovaque. De la richesse et de la force de ces rencontres a émergé, il y a 3 ans, l’idée de monter une véritable troupe de jeunes de 7 à 17 ans. Depuis 2 ans, Aven Savore, leur groupe de danse et de chœur Tsigane, se produit en concert. Des jeunes venus des hôtels sociaux ou des bidonvilles se retrouvent chaque semaine pour répéter autour d’un point commun le répertoire Tsigane.

La vie de cette troupe réclame un travail énorme et n’est pas simple, faute de stabilité. « Nous perdons souvent nos danseurs et chanteurs, à cause des expulsions, des familles qui disparaissent, constate Laurent Ott, nous sommes dans une préoccupation de renouvellement constante ». Malgré un noyau dur d’enfants présents depuis le début, il faut en entrainer régulièrement 25 pour pouvoir avoir une quinzaine d’enfants sur scène. Deux permanents de l’association consacrent beaucoup de temps à la troupe, Abdel, chef de chœur et Dusko, musicien qui vient du groupe de Tsigane slovaque.

Cette vie d’artiste, les magnifiques costumes motivent les jeunes. Surtout, ils se sentent valorisés par leur travail dans la troupe et leur rôle d’ambassadeurs de l’association. La troupe rencontre un certain succès. Elle est invitée, une à deux fois par mois, à se produire en concert dans des Maisons des Jeunes, des écoles d’éducateurs ou encore des centres sociaux. Cet été, elle est partie en tournée, a réalisé un clip. Une véritable reconnaissance.

En savoir plus :
> Intermèdes Robinson

Photo Thomas Bérard

Articles associés >