Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Actualités > Un fonds d’entraide pour aller au-delà du contrat d’assurance
01/03

Un fonds d’entraide pour aller au-delà du contrat d’assurance

Parce que nos adhérents peuvent se retrouver dans une situation précaire, nous avons créé un fonds d’entraide. Conseiller commercial à Amiens chez notre partenaire assureur Generali, Frédéric Cagnard nous parle de cet accompagnement solidaire.

 

Nous pouvons tous, un jour, être touché par des difficultés. Un problème de santé, un accident de la vie, une situation de précarité mettant la famille en difficulté. Pour accompagner les adhérents GPMA, le fonds d’entraide peut être sollicité par l’intermédiaire d’assurance de l’adhérent GPMA qui soumet le dossier au comité d’entraide de GPMA.

« A vos côtés dans les moments difficiles »

Le fonds d’entraide est accessible aux adhérents ayant plus de 2 ans d’ancienneté ou à un membre de leur famille, souscripteurs d’un contrat en cours avec notre intermédiaire d’assurance. Une solution d’assistance dont Frédéric Cagnard souligne l’importance. « Ma conception du métier d’assureur, c’est de conseiller et d’accompagner dans les bons moments comme dans les moments difficiles », explique ce conseiller commercial Generali à Amiens qui a établi une relation de confiance avec ses clients qu’il rencontre la plupart du temps à leur domicile. « Nous sommes dans un monde qui fonctionne de plus en plus via des processus dématérialisés et c’est pourquoi cette proximité humaine est essentielle, notamment avec les seniors. » Homme de terrain, Frédéric Cagnard insiste sur son rôle d’accompagnement.

C’est ainsi, qu’il est interpellé par certaines situations. Au cours d’une visite chez un client, il apprend que sa femme est atteinte d’un cancer. Ils ont de faibles moyens et doivent faire de nombreux allers-retours entre Abbeville et Amiens pour la chimiothérapie et les différents rendez-vous médicaux. En reprenant des nouvelles, il apprend qu’elle ne pouvait pas acheter une prothèse capillaire, le coût restant à la charge du foyer étant trop élevé. Il leur propose alors de monter un dossier pour le soumettre au Comité d’entraide auquel participent le président de GPMA et trois administrateurs de l’association. Le Comité, après analyse de la demande, da accueilli favorablement la demande.

« Nous avons reçu très rapidement une réponse positive et un soutien financier qui a permis l’achat de la prothèse capillaire », raconte Frédéric Cagnard. « Au-delà du professionnalisme, précise-t-il, c’est important d’être solidaire ».

En savoir plus

Comment fonctionne le fonds d’entraide