Le blog

Suivez les actions de GPMA, des associations que nous soutenons et l’actualité liée à nos engagements sociétaux.

Partagez le blog GPMA
Accueil > Blog > Actualités > Connaissez-vous les Dragon Ladies ?
05/06

Connaissez-vous les Dragon Ladies ?

Des femmes touchées par le cancer pagaient ensemble sur des dragon boats chaque semaine. Des moments de partage en pratiquant une activité physique adaptée pour combattre les effets des traitements contre le cancer et réduire le risque de récidive. Carole David s’est jetée à l’eau en lançant la première équipe francilienne.

« Tout ce qui n’existe pas est à inventer ! » Poussée par l’enthousiasme de Christine Janin, fondatrice de l’association A Chacun Son Everest !, Carole David lance le premier équipage de Dragon Ladies de la région parisienne en 2016.

Touchée par le cancer en 2014, cette jeune femme débordant d’énergie a découvert les dragon boats, en visionnant un reportage sur le 1er équipage de Dragon Ladies français, qui s’entraînait pour la Vogalonga de Venise. Cette Activité Physique Adaptée fait partie des APA qu’il est conseillé de pratiquer régulièrement pour combattre les effets des traitements contre le cancer et réduire le risque de récidive. Elle rêve alors de monter un équipage de pagayeuses à Paris et partir faire la fameuse Vogalonga. Une course de 34 km sur la Lagune à Venise.

Perfectionniste et hyperactive, Carole David se forme à la gestion d’une association, décroche un Diplôme Universitaire en accompagnement de Patient en parcours de cancérologie et fonde Phoenix & Dragons. Avec l’aide de Franck, éducateur sportif, qui passe, lui, un Diplôme Universitaire Sport & Cancer, elle monte un équipage de 12 Dragon Ladies. Après un entraînement de sept séances de deux heures, une première recherche de fonds, elles partent à Venise. « Personne n’y croyait, pourtant on est allé au bout, on a été porté par notre rêve, par la féerie de la Lagune. Nous l’avons fait en 4h30 en prenant une heure pour déjeuner », raconte Carole David.

Depuis quatre ans, tous les samedis, vingt à vingt-cinq pagayeuses se retrouvent à la base de nautique du Parc Interdépartemental des Sports de Paris et Val de Marne pour leur entraînement. Le parc de bateaux s’est agrandi et compte désormais deux dragon boats et 3 canobus hébergés au sein de l’infrastructure de la Direction de la Jeunesse et des Sports de la ville de Paris.

« Nous accueillons des personnes qui ont été touchées par le cancer, pas forcément du sein. Cela peut aussi être des proches qui veulent partager les sensations. Ainsi, nous avons accueilli parmi nous le compagnon d’une de nos pagayeuses. Après son décès, il voulait partager notre entraînement dont elle revenait avec la banane, les yeux brillants. Elle n’a pas pu faire la Vogalonga. Nous lui avons proposé de nous accompagner à Venise. Il a pagayé pour elle, vivant l’aventure qu’elle n’a pas eu le temps de vivre ».

Pagayer en collectif permet de retrouver confiance et estime de soi, de se réconcilier avec son corps et son image. S’entraîner en équipe avec des personnes qui ont partagé les mêmes difficultés est un véritable moment de réunion et de partage. « Et puis sur le bateau, on est toute à égalité », précise Carole. « Ce qui compte c’est la régularité, l’assiduité. La Vogalonga, c’est la cerise sur le gâteau. Quand elles reviennent de Venise, elles sont des héroïnes pour leur famille, leurs enfants, pour elle-même ».

L’hiver, quand les adhérentes de l’association ne peuvent pas naviguer, des séances de marche nordique sont organisées. « C’est un exercice complémentaire. Le travail avec les bras donne de l’amplitude ». En attendant de pouvoir à nouveau naviguer, malgré l’annulation de la Vogalonga cette année, les Dragons Ladies marchent par petits groupes pour continuer à s’entraîner et relever chaque année avec un nouvel équipage le défi de conquérir la Lagune.

En savoir plus :
Phoenix & Dragons, Dragon Ladies de Paris

Articles associés >