Pour la 15ème édition de son opération de mécénat Atout Soleil, le fonds de dotation « Nos Épaules et Vos Ailes » a choisi de lancer un appel à projets sur le thème du « (Re)Vivre ensemble » afin d’apporter un soutien aux associations qui luttent contre les effets durables des crises sur les enfants et les adolescents.

Soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables constitue plus que jamais une des priorités de notre société. En effet, si le retour progressif à la normale dans les écoles a permis à la plupart des élèves de rattraper les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire, l’écart s’est accentué avec les enfants qui présentaient déjà des fragilités sociales et/ou psychologiques. L’expérience traumatisante du confinement a de surcroît aggravé les phénomènes de phobie scolaire et de cyberdépendance, avec un impact notable sur leur développement et leur réussite à l’école. Si elles ne sont pas traitées suffisamment tôt, ces difficultés pourraient s’accentuer et mettre à mal l’égalité des chances et la cohésion sociale.

Les retards d’apprentissage accumulés durant la crise sanitaire ont pu être rattrapés, mais les écarts de performances entre élèves se sont accrus

Alors que la fin de l’année scolaire se profile, le retour à la normale semble enfin s’installer dans les écoles : depuis déjà plusieurs mois, les élèves ont fait tomber le masque en classe, l’enseignement à distance n’est plus qu’un lointain souvenir, et après deux années d’épreuves contrariées par les mesures sanitaires, les lycéens peuvent enfin se concentrer pleinement sur leurs révisions du baccalauréat. Les retards d’apprentissage observés durant la crise sanitaire ont semble-t-il aussi été en grande partie effacés. Dans une note publiée au début de l’année, le ministère de l’Éducation nationale indiquait que les évaluations menées en septembre 2021 auprès des élèves de CP et de CE1 montraient qu’ils avaient retrouvé un niveau similaire à l’avant-crise dans quasiment toutes les compétences testées en français et en mathématiques.

Seule ombre au tableau, ces chiffres masquent une forte disparité entre les élèves les plus favorisés et les plus vulnérables. L’écart de performance scolaire calculé entre les élèves scolarisés dans les établissements de l’éducation prioritaire et hors éducation prioritaire s’établit à un niveau nettement supérieur à ceux enregistrés avant la crise. L’augmentation est généralisée et touche presque toutes les compétences testées.

 

Le constat est connu : la crise sanitaire et l’enseignement à distance ont agi comme un miroir grossissant des inégalités sociales. En effet, selon une autre enquête menée par le ministère de l’Éducation nationale, l’investissement des parents d’élèves de CP et de CE1 semble avoir été le même quel que soit le milieu social des élèves, mais entre la fracture numérique, les différences de conditions matérielles pour bien organiser le travail à la maison et le différentiel de « capital social », la scolarité a été beaucoup plus difficile à suivre pour les élèves vulnérables. Interrogés sur la qualité du suivi de leurs élèves durant la crise, les enseignants exerçant dans des établissements de l’éducation prioritaire confirment que le suivi a été beaucoup plus problématique chez les élèves qui présentaient déjà des difficultés scolaires avant la crise ou dont la situation sociale était dégradée. En parallèle, les familles les plus favorisées ont su rapidement mettre en place des stratégies pour rattraper les retards d’apprentissage. Elles sont notamment nombreuses à avoir fait appel à des structures privées de soutien scolaire, ce que n’ont pas pu faire les familles aux revenus plus modestes.

« Cette inquiétude de voir les inégalités scolaires se creuser dans le contexte de crises que nous traversons nous a été signalée par de nombreuses associations que nous accompagnons depuis plusieurs années. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi d’en faire un axe majeur de l’appel à projets que nous lançons sur le thème du (Re)Vivre ensemble » explique Thierry Gaudeaux, Président du fonds de dotation Nos Épaules et Vos Ailes.

Les difficultés scolaires ont été aggravées par l’augmentation des troubles psychologiques liés aux crises

Les longs mois de confinement ont également eu des répercussions importantes sur la santé mentale des enfants et des adolescents, comme l’a souligné Santé publique France dans plusieurs de ses études. Dès les premiers mois de la crise sanitaire, les experts et les professionnels de santé avaient alerté sur l’augmentation des troubles psychologiques chez les plus jeunes. Malgré le reflux de l’épidémie, ils restent aujourd’hui nombreux à s’inquiéter de la persistance des phénomènes de cyberdépendance ou de phobie scolaire, dont les conséquences sur la scolarité pourraient être importantes à long terme.

Entre l’isolement social imposé par les confinements ou encore la nécessité de s’adapter continuellement à un rythme scolaire différent, les cas de « refus scolaire anxieux » se sont en effet multipliés. Selon les estimations les plus alarmistes, le phénomène concernerait jusqu’à 8% des élèves. Ici aussi les différences sont fortes selon les milieux sociaux : on estime que les enfants et les adolescents privés d’activités extrascolaires, souvent issus de milieux défavorisés, ont quatre fois plus de risques d’être angoissés et de ne pas réussir à l’école, entrainant des phénomènes de glissement psychologique et physique qui augmentent le risque d’isolement social. La crise sanitaire a également contribué à installer de mauvaises habitudes prises durant le confinement, et notamment une surexposition aux écrans qui a accentué le repli sur soi de nombreux enfants. Cet usage excessif des écrans s’est traduit par une augmentation des cas signalés de cyberharcèlement, qui a lui aussi participé à alimenter le phénomène de phobie scolaire.

Si la pandémie n’est aujourd’hui plus le principal sujet d’inquiétude, le contexte actuel n’offre que peu de répit aux enfants les plus anxieux. Aujourd’hui c’est le conflit en Ukraine qui s’est imposé dans la vie de nombreux enfants et les plus fragiles d’entre eux ont l’impression de ne pas voir la fin de cette période de crise.

Apporter un appui à ces enfants marqués par la multiplication des crises, et agir pour qu’ils puissent retrouver une vie et une scolarité normale, constitue plus que jamais un impératif pour éviter que les inégalités ne se creusent chez les enfants les plus vulnérables. A travers son appel à projets, le fonds de dotation « Nos épaules et Vos ailes » souhaite accompagner les associations françaises qui portent des projets visant à panser les plaies psychologiques liées aux crises, à soutenir les apprentissages et les acquis scolaires des plus vulnérables et à recréer du lien à travers l’entraide et la transmission des savoirs entre générations.

Retrouvez (ici) les initiatives concernées par cet appel à projets.

 

A VOS AGENDAS

29 juillet : clôture des candidatures à l’appel à projets

21 septembre : sélection des lauréats des prix Atout Soleil par un jury d’experts

6 décembre : Remise des prix

 

Mentions légales Politique de confidentialité Politique des Cookies