Les 5 400 bénévoles de l’association les Blouses Roses apportent au quotidien du réconfort aux personnes âgées en animant des ateliers ludiques. GPMA et son fonds de dotation Des Épaules et Des Ailes soutiennent les Blouses Roses depuis 2011 sur la formation de leurs bénévoles. Depuis quelques années, les Blouses roses développent le projet des valises sensorielles à destination des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. D’abord initié par le comité de Valence, ce projet est aujourd’hui déployé dans les 90 comités régionaux de l’association grâce à son programme de formation. Des Épaules et Des Ailes est parti à la rencontre de Josie Sabatier, une bénévole très engagée sur ce thème.

 

 

Les odeurs de l’enfance pour retrouver la mémoire…

« On sent, on goute, on parle ». Initialement créées par Josie Sabatier au sein du comité des Blouses Roses de Valence (Drôme), les valises sensorielles sont conçues pour permettre aux résidents d’EHPAD de retrouver leurs souvenirs d’enfance par le biais des odeurs. Pour leur créatrice, il s’agit de restituer « les odeurs d’une certaine époque, d’un certain milieu et d’une certaine région » qui sont assez similaires pour tous les bénéficiaires des ateliers d’un comité régional. Pour cela, elle s’appuie sur les huiles essentielles. Celle de rose ou encore d’orange ont été les premières utilisées.

 

Et des mots qui reviennent pour se raconter et sortir de l’isolement…

Les ateliers sensoriels au cours desquels les valises thématiques sont utilisées regroupent entre 8 et 10 personnes toutes résidentes en EHPAD avec ou sans troubles cognitifs. Les bénéficiaires sont accueillis par les bénévoles qui préparent une table sensorielle thématique avec une « mise en scène sur une nappe blanche ». Ils y déposent des fruits, des confitures des petits gâteaux et des chansons de leur époque afin d’avoir un matériel complet stimulant l’ensemble des sens. « Tout ce qui a trait au thème est déroulé l’après-midi, on a tout un matériel en fonction des saisons aussi pour remettre les gens dans le temps qui passe ». Chaque souvenir est relié à une odeur, une image, un goût, une texture ou encore un son. En sentant une odeur familière, ou en goûtant un aliment, les souvenirs liés à l’enfance refont surface. Et cela est d’autant plus vrai pour les personnes atteintes de troubles cognitifs. Lorsque les souvenirs reviennent, la parole réapparait aussi et rompt l’isolement des personnes âgées. Josie Sabatier explique « quand l’un d’entre eux parvient à trouver le mot juste, les visages s’éclairent, et je sens que les souvenirs arrivent et ils se mettent à parler. Il faut alors reformuler, il se passe une connexion dans le groupe, ils arrivent à se parler.  Quand on en arrive là, je suis contente car l’atelier se transforme en conversation ».

 

Le fruit d’un beau travail de recherche !

Pour concevoir les valises, Josie Sabatier s’est appuyée sur les neurosciences et sa rencontre avec le neurologue Jean Pierre Polydor et le neuropsychiatre belge Jean-Emile Vanderheyben. En s’inspirant de son passé d’enseignante, elle réalise également un travail de recherche historique sur le produit, la chanson, la région. A l’aide d’un questionnaire élaboré en utilisant un coffret du Musée de la Parfumerie de Grasse, un certain nombre d’odeurs ont pu être sélectionnées : le café chaud, la lessive, la cire, le pain grillé, la fraise et les fruits rouges, la fleur d’oranger, la lavande ou encore le feu de bois. Les valises sensorielles sont au nombre de 10, toutes différentes et existent depuis 9 ans, elles reçoivent le soutien de la CPAM et du Département de la Drôme. L’impact des ateliers est difficilement mesurable, « Ca se mesure surtout en comportement des personnes. En fin de séance, je leur mets de la crème parfumée sur les mains afin qu’ils partent avec l’odeur étudiée et que ça dure plus longtemps. Je prends aussi des photos et la psychologue reprend les séances la semaine d’après ». Les sourires sont en tout cas bien présents, signe que les ateliers « les rendent à la vie ».

 

Les ateliers sensoriels et la crise sanitaire ?

La pandémie n’a pas facilité le travail sensoriel des Blouses Roses. Comme l’explique Josie Sabatier, « Ils ne voient plus notre bouche avec le masque ». Les contacts corporels devant être eux aussi limités, les bénévoles travaillent sur l’automassage pour débuter les séances et mettre les résidents des EHPAD en confiance. Si le contenu des ateliers et l’animation ont été impactés, la formation à l’utilisation de la valise sensorielle a elle dû être arrêtée « on va reprendre dès que l’on peut. Les Comités ont profité de ce temps pour constituer matériellement les valises Roses et oranges déployées lors de la formation. Certains Comités se lancent dans leurs propres valises senteur, selon les odeurs de leurs régions. ».Malgré tout, spécifie Josie Sabatier « quand on revient avec nos blouses roses c’est le succès ».

 

En savoir plus 

Si vous souhaitez bénéficier de ce type d’accompagnement pour un de vos proches n’hésitez pas à vous rendre sur le site de Des Épaules et Des Ailes pour trouver un comité Blouses Roses près de chez vous !

 

Ressources :

https://www.gpma-asso.fr/des-epaules-et-des-ailes/associations/

https://www.lesblousesroses.asso.fr/fr/

 

 

 

 

Josie Sabatier

Formatrice aux Blouses Roses, cette Professeure des écoles à la retraite est la conceptrice de la valise sensorielle, un outil de communication dédié aux personnes âgées atteintes de troubles de la mémoire.

 

 

 

 

Articles associés

Un Noël particulier pour nos associations !

Les associations partenaires de GPMA l’Envol et Les Blouses Roses ont toutes deux la même envie …

Nos associations partenaires mobilisées autour d’Octobre Rose

Chaque année, les manifestations autour d’Octobre Rose permettent de sensibiliser sur le cancer …

Maladie d’Alzheimer : « il faut mettre la personne au centre »

Près de 800 000 personnes sont touchées, en France, par la maladie d’Alzheimer. A l’occasion …
Mentions légales