Le sommeil : un ami dont il faut prendre soin

Après 50 ans, des changements physiologiques du sommeil apparaissent. Quelques exemples :

  1. Réduction du temps total de sommeil la nuit
  2. Allongement du délai d’endormissement
  3. Augmentation de la fréquence et allongement des périodes d’éveils nocturnes
  4. Répartition différente du besoin de sommeil sur 24h
  5. Augmentation de la fréquence des siestes
  6. Le coucher se fait plus tôt, la quantité de sommeil nécessaire est donc obtenue plus tôt, ainsi le réveil est plus précoce.

 

42 % des seniors font la sieste en tout début d’après-midi, pendant 28 minutes (la durée idéale de sieste recommandée par les spécialistes étant de 20 minutes). Ce besoin physiologique de l’enfance revient avec le vieillissement. A partir de 50 ans, le nombre de siestes par semaine augmente, allant de 3 entre 50 et 60 ans à 6 siestes après 80 ans.

22 % des seniors rapportent des difficultés de sommeil : insomnie (72 % d’entre eux), horaires de sommeil qui se décalent, syndrome d’ apnées du sommeil ou syndrome des jambes sans repos altèrent la qualité du sommeil des personnes qui ont ainsi tendance à s’endormir facilement dans la journée. Outre un état de somnolence, avéré chez 65 % de ces seniors, des pertes de mémoire sont également constatées.

Avec l’âge, le nombre d’heures de sommeil nécessaires pour être en bonne santé se réduit progressivement : 16h à 20h à la naissance contre 8h chez l’adulte alors que 7h par 24 heures semble être le temps nécessaire vers 70 ans.

 

Essentiel à la vie, le Dr Dr Sophie PICHIERRI, médecin et directrice du Centre de Prévention de l’Agirc-Arrco de Nantes, échangera avec vous sur le sommeil, à l’occasion du Rendez-vous de la Santé GPMA.

Le mardi 11 octobre 2022

De 18h à 20h au Gérontopôle de Nantes, 8 rue Arthur III, 44 000 Nantes

 

Je m’inscris

 

Mentions légales Politique de confidentialité Politique des Cookies